Diapositive2

Projet conjoint de prevention et reposes coordonnees de lutte contre les violences sexuelles dans les Provinces du Nord-Kivu et Ituri

  1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Les violences sexuelles constituent une préoccupation majeure dans la Province de l’Ituri. L’analyse des tendances sur la base des données limitées disponibles montre clairement que les violences sexuelles demeurent un phénomène très répandu et que celles-ci sont commises aussi bien par les personnes ordinaires au sein de la communauté que par les hommes en armes notamment les éléments

des forces de sécurité.  Plusieurs facteurs sont à l’origine de la persistance de violences sexuelles dont le plus important reste le climat d’impunité dont jouissent certains auteurs de telles violations des droits de l’homme. Dans la plupart des cas, les victimes/survivantes de violences sexuelles n’ont même pas la possibilité de porter plainte et encore moins avoir accès à la justice.

C’est ainsi que le projet a été mis  en œuvre dans le territoire de Mambasa sur l’axe Lolwa, Mandima, Mambasa, Niania et Wamba, pour identifier et mettre en places 7 comités de vigilance (associations féminines) ; identifier et mettre en place 8 comités des hommes engagés dans la lutte contre les violences sexuelles ; identifier et mettre en place 5 clubs des activistes des droits de la femme ; renforcement de capacités d’analyse du contexte et des causes de violences sexuelles pour une meilleure prévention et la cartographie des risques de 25 autorités/leaders communautaire ; la production des dépliants, boite à images, bande dessinées en français et langue locale ; appuyer techniquement 2 radios partenaires et organiser des débats participatifs avec les leaders locaux, des émissions de sensibilisation ; de mettre en place 4 synergies communautaires de plaidoyer et de monitoring des VBG ; appuyer l’élaboration/la mise en place de 20 plans communautaires de prévention et protection contre les violences sexuelles; afin, diffuser 60 messages de prévention des SGBV.

  1. DUREE DU PROJET

 La durée du projet était de 14 mois, du 15 juillet 2016 au 15 avril 2017 avec une prolongation sans coût de 4 mois qui avait commencé du 16 avril au 16 août 2017.

 BAILLEUR DES FONDS

Le projet était financé par : Fonds STAREC via ONUFEMMES.

  1. BENEFICIAIRES DIRECTS DU PROJET

 Les bénéficiaires directs de ce projet sont 7 comités de vigilance (associations féminines) composé de 10 membres par comité, 8 comités des hommes engagés dans la lutte contre les violences sexuelles composé de 10 membres par comité, 5 clubs des activistes des droits de la femme composé de 16 membres par club, 25 autorités et leaders communautaires qui ont vu leurs capacités renforcé sur d’analyse du contexte et des causes de violences sexuelles pour une meilleure prévention et la cartographie des risques, enfin toutes les communautés se trouvant sur l’axe d’intervention.

  1. RESULTATS DU PROJET
  • 6 décisions importantes ont été prises ;
  • Perceptions des hommes/femmes sur les VVS sont très bonnes ;
  • 250 autorités qui considèrent que la violence sexuelle est une violation (grave) des droits humains ;
  • 6 séances de plaidoyer sont menées en direction des autorités et leaders communautaires ;
  • 25 autorités sont formées sur l’identification et analyse de la problématique liée aux VS pour une meilleure prévention ;
  • 35000 personnes ont été sensibilisées dans le cadre du projet ;
  • 600 personnes sont identifiées et référées dans des structures de prise en charge (Médicale, Psychologique et Juridique/ judiciaire,) ;
  • 20 Plans d’actions de prévention communautaire sont développés ;
  • 20 Plans d’actions de prévention communautaire sont mis en œuvre ;
  • 7 Comités de vigilance sont créés ;
  • 8 comités d’hommes engagés sont créés ;
  • 5 clubs d’activistes des droits de la femme sont créés ;
  • 60 messages de prévention des SGBV sont diffusées.
  1. IMPACTS DU PROJET

L’appropriation de toutes les activités du projet par les communautés de l’axe Lolwa, Mandima, Mambasa, Niania et Wamba, et les 20 plans communautaires appuyé par le projet sont opérationnels pour lutte contre les SGBV dans la zone après le projet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *